Israel immobilier | Actualités Immobilier en Israel| Petites Annonces | Roman Abramovich achète une maison à Herzliya pour 226 millions de NIS

ROMAN ABRAMOVICH ACHÈTE UNE MAISON À HERZLIYA POUR 226 MILLIONS DE NIS

  • 04-06-2020
  • Tendances
  • Se Loger Israel

La vente immobilière résidentielle la plus énorme jamais réalisée en Israël a été conclue juste avant la crise du coronavirus, et c’est Roman Abramovich qui a crevé les plafonds!

Juste avant le début l’épidémie, la vente immobilière résidentielle la plus chère jamais réalisée en Israël a été conclue à Herzliya Pituah. Le milliardaire russo-israélien Roman Abramovich a acheté une propriété de 9 500 mètres carrés, pour 226 millions de shekels (64,5 millions de dollars – 58 millions d’euros). La propriété est délimitée par les rues Hanassi Ben Zvi, Shlomo Hamelekh et Bâle

La partie principale de la propriété est une maison qui appartenait autrefois au gestionnaire britannique de fonds spéculatifs Alan Howard, cofondateur de Brevan Howard Asset Management. Il avait acheté cette maison en 2006 à Lenny Recanati pour 9 millions de dollars.

Howard a énormément investi pour valoriser sa propriété, le terrain est passé de 6 500 mètres carrés à 9 500 mètres carrés et il a fait construire deux bâtiments impressionnants conçus par l’architecte Orly Shrem. Le plus petit des bâtiments est une maison d’hôtes de 1000 mètres carrés au 93 rue Hanassi Ben Zvi et le plus grand, la propriété principale, est une maison de 2 000 mètres carrés, à côté, au 95 rue Hanassi Ben Zvi. Le domaine comprend un court de tennis et une piscine sur une plate-forme hydraulique qui peut être convertie en espace visiteurs pour certains événements. Le sous-sol de la maison comprend des postes de travail pour 10 ordinateurs et il y a également une entrée de la maison depuis la rue Shlomo Hamelekh.

La propriété est restée invendue pendant deux ans : il n’y avait pas de preneurs au prix demandé, 100 millions de dollars. L’année dernière, Abramovich a loué la propriété avec une option d’achat. Fin janvier, le contrat d’achat de la propriété a été signé. Bien qu’il n’apparaisse pas encore sur le site Web de l’administration fiscale israélienne, le registre foncier israélien contient une note d’avertissement dans ses formulaires selon laquelle les quatre lots constituant la propriété doivent être au nom d’Abramovich.

Il s’agit de la troisième propriété qu’Abramovich a achetée en Israël ces dernières années. En 2015, il a acheté l’hôtel boutique Versano au 11 Shabazi Street dans le quartier Neve Tzedek de Tel Aviv pour 104 millions de NIS. La propriété comprend à la fois l’hôtel de charme, qui a un ordre de conservation, ainsi que le lot adjacent. L’année dernière, Abramovich a acheté via une société qu’il possède, Beit Hagen, au 2 rue Schenkar sur le front de mer de Tel Aviv. L’immeuble de bureaux de cinq étages comprend 6 500 mètres carrés et 120 places de stationnement et il y a des droits de construction pour 12 000 mètres carrés supplémentaires. Le bâtiment peut être rezoné à des fins hôtelières et résidentielles et selon « Calcalist », Abramovich a déboursé 200 millions de NIS pour l’acquérir.

Abramovich a rejoint (3 fois!!) le club sélect de personnes qui ont payé plus de 100 millions de shekels pour une maison en Israël. En 2005, l’homme d’affaires autrichien Martin Schlaff a vendu une maison sur la rue Galei Takhelet à Herzliya Pituah à l’homme d’affaires de haute technologie Zaki Rakib pour plus de 100 millions de shekels, et cette maison a été revendue en 2010 à Teddy Sagi pour 146 millions de shekels. En 2009, l’oligarque russe Valery Kogan a acheté cinq penthouses attenants dans le projet Sea One sur le front de mer de Tel Aviv et les a fusionnés en un appartement de 1100 mètres carrés pour 110 millions de shekels, qu’il a ensuite vendu au milliardaire canado-israélien Sylvan Adams. Kogan a également acheté une collection de lots adjacents pour un montant inconnu à Césarée.

Pour le moment, il semble qu’Abramovich caracole seul dans la catégorie des propriétés de 200 millions de NIS et plus, et franchement on se demande jusqu’où ira cette folie immobilière du « plus grand, plus luxueux, plus cher » en Israël.