Israel immobilier | Actualités Immobilier en Israel| Petites Annonces | Prêts immobiliers sur-mesure et un service VIP

PRÊTS IMMOBILIERS SUR-MESURE ET UN SERVICE VIP

  • 21-03-2021
  • Crédit immobilier
  • Se Loger Israel

Rencontre avec Levana, de Levana Mashkenta : des prêts immobiliers sur-mesure et un service VIP

Levana Maarek n’est pas une conseillère en prêt immobilier comme les autres. Elle envisage son métier comme une vocation. Au cœur de sa démarche, sa conviction pour le bien-être des olims qui se lancent dans l’accession à la propriété. 

Pouvez-vous nous parler de vous et de votre activité ?

Courtier pour moi c’est plus qu’un métier, ça a été une véritable révélation. Parce qu’on a affaire à des clients qui ont besoin de conseils essentiellement, de résultats bien évidemment, et surtout un accompagnement. C'est un point essentiel, tout particulièrement en Israël. Après l' Alya, la communauté francophone est souvent perdue face aux démarches liées à la bureaucratie 
Les conseiller et bien les orienter représente une grande partie de mon travail face aux banques.
Ils ne savent pas vraiment vers qui se tourner en ce qui concerne la problématique de la mashkenta. Le système est très différent de la France. Je vois mon rôle comme celui qui fait le lien entre les francophones et le système bancaire israélien. Les nouveaux immigrants ont comme premier souci de se loger. Ceux qui veulent acheter mettent toute leur énergie à trouver la perle rare sur le marché immobilier. Trouver la bonne affaire à l’acquisition, c’est bien mais le process ne s’arrête pas là ! Il faut non seulement acheter un bien à un prix correct, mais surtout que la valeur du financement de ce bien soit correcte elle aussi aussi !

C’est là que vous intervenez ?

Nous, les courtiers, avons des outils assez pointus qui nous permettent de mesurer la valeur du shekel emprunté  auprès des banques pendant toute la durée du crédit. Ceci est une donnée fondamentale. Le client sait combien il emprunte, mais il oublie très vite la valeur globale de son crédit. S'il est très cher, si on a mal été conseillé et bien, très vite, il finit par nous peser. Et c'est pour ça qu'il est primordial d’être bien accompagné. Les Israéliens, eux, l’ont bien compris puisqu’ils sont de plus en plus nombreux à se rendre à la banque avec un conseiller en prêt immobilier. Vous savez, une banque est un commerce comme un autre avec ses marges, ses contraintes et sa structure. Pour comprendre tout ce qu’on ne vous dit pas, le conseiller en prêt immobilier est là. Un conseiller en crédit est aussi essentiel qu'un avocat ou qu'un agent immobilier quand vous achetez. 

Qu’est-ce qui vous plait dans ce métier ?

Guider les personnes dans la réalisation de leur rêve d’installation en Israël. C’est très valorisant. Et c'est pour moi une pression mais c’est très satisfaisant. Je me dois de tout faire pour qu’ils réussissent. Je suis passée par là, l'alyah n'est pas simple. En arrivant ici, on se rend compte qu’on est très gâté en France. En Israël, les difficultés et la barrière de la langue sont des obstacles. C'est primordial d'être suivi. Ce qui est formidable pour moi c'est justement de pouvoir accompagner tous ces olims, les aider tout simplement à voir clair dans leurs perspectives. Je recommande aux futurs olims de commencer à penser à leur achat immobilier en Israël tant qu'ils sont en France. Ils ont déjà des fiches de paye, une stabilité et peuvent acheter, avec toutes les garanties qu’exigent les banques israéliennes. Souvent on se dit qu’il vaut mieux attendre d’être sur place pour acheter. C'est une grande erreur parce qu’on ne sera pas forcement dans une situation professionnelle identique et les banques seront plus réticentes à nous accorder un crédit. Mon rôle est de m’assurer que le contrat que mon client va signer est en adéquation avec les exigences de la banque. En effet, certaines subtilités peuvent ralentir l'obtention du crédit. cela génère énormément de stress inutile. Notre intérêt, en tant que courtier, c'est de donner le meilleur pour le client en collaborant avec tous les protagonistes du projet d’acquisition. C'est aussi une satisfaction et ce métier nous le permet. J’aime aussi qu’il me permette de nouer de vraies relations de qualité avec les professionnels au sein des banques. Quand on a de bons collaborateurs, c’est vraiment satisfaisant au quotidien !

Quel regard portez-vous sur la situation actuelle ? 

La situation est contradictoire. Parce que d’un côté la crise sanitaire a plongé beaucoup de propriétaires dans la difficulté. Les primo-accédants ont remis à plus tard leurs projets. Paradoxalement, ça n’a jamais été aussi ouvert pour contracter un crédit. La Banque d'Israël a autorisé sur chaque valeur de crédit d'utiliser le taux le plus bas, qu’on appelle le prime, à hauteur de deux tiers du crédit. Le crédit est beaucoup moins cher. C’est le bon moment de renégocier votre crédit, si vous en avez contracté un après 2015 ! Je vérifie pour vous la faisabilité de votre projet, ça vous permet d’économiser un temps précieux pour commencer ! C'est une étude qu'on peut faire et c’est gratuit.

En tant que courtier en prêt immobilier vous ne travaillez pas que pour des primo-accédants ? 

Absolument pas ! Peu de gens le savent, mais il existe un montage particulier que l’on appelle Mashkenta Pensia, réservé aux plus de 60 ans. Lorsqu'on a une maison mais une trop petite retraite, il est très difficile de vivre décemment, même en tant que propriétaire. Donc, il est fortement recommandé à toutes ces personnes qui ont du mal à boucler leurs fins de mois, de se tourner vers la mashkenta pensia. Ces gens ont travaillé toute leur vie. Leur statut de propriétaire ne doit pas les empêcher de voyager, d’aller au restaurant ou tout simplement de gâter leurs petits-enfants. Le principe est très simple. Il est possible d’hypothéquer une partie de leur maison. Ça peut être aller de 10% jusqu'à 45% du bien. Et tout cela, en échange d’une libération immédiate de fonds, qui leur permet de profiter leur retraite.

Levana Mashkenta 
058-790-1116